<< Retour aux lectures

Le défi d’un nouveau départ !

24 avril 2018

Je suis une personne comme tout le monde! C’est ce qui me caractérise. J’ai des peurs, des envies, des besoins et des questions qui m’amènent à aller plus loin et des questions qui au contraire, me bloquent, gèlent mes envies d’aller de l’avant!

Suis-je la seule à me poser trop de questions? Mais peut-on se poser trop de questions? Quelles sont les questions normales? Quelles sont les bonnes questions? Vous voyez, ce que je veux dire…

En fait, tous les psychologues et les conférenciers le disent : les questionnements nous font avancer, évoluer et améliorent notre relation avec les autres et avec nous-mêmes. Il ne s’agit donc pas de remettre cela en question!

J’ai dû, il y a quelques mois prendre de grandes décisions concernant ma vie professionnelle. Des décisions qui empêchent de dormir, de vivre le moment présent, mais qui sont nécessaires… un passage obligé! Les détails de ce chemin de vie parcouru ne sont pas importants, mais il faut savoir que je suis une fille qui aime son confort et qui est fidèle à ses engagements. Lorsque j’ai finalement pris la décision de quitter l’emploi que j’avais depuis 11 ans, l’insomnie est devenue ma partenaire pour le meilleur et pour le pire! Mais vous savez, lorsqu’une nouvelle opportunité arrive comme ça, sans l’avoir cherchée (du moins consciemment), nous devons tout remettre en question, pas le choix!

Je travaille donc avec une toute nouvelle équipe depuis quelques mois. J’ai quitté un emploi stable et confortable, j’ai quitté de nombreux collègues, des amitiés, des heures de diner à échanger avec d’autres employés inspirants et drôles, des patrons qui me connaissaient assez bien, des tâches et responsabilités que je savais par cœur, un bureau avec fenêtre et des promesses futures !

 

J’ai donc accepté de travailler pour une jeune compagnie, dont les défis ne ressemblent pas une miette à ce que je suis habituée.  Mais c’est une entreprise qui fait vibrer en moi quelque chose de nouveau. Je travaille maintenant souvent seule avec mon ordinateur, les autres membres étant souvent sur la route. Quelques réunions mensuelles et échanges avec mes collègues, mais loin d’avoir sur l’heure du diner le choix des conversations auxquelles je désire participer! J’ai le bonheur d’avoir la possibilité de faire du télétravail lorsque bon me semble. Ce qui fait que ces jours-là, le reflet que me renvoie mon écran d’ordinateur est le seul contact que j’ai. Nous sommes loin des conversations devant la machine à café! Chaque semaine, de nouvelles tâches s’ajoutent, des responsabilités que je n’avais jamais côtoyées. Des nouveautés qui me trottent dans la tête à toute heure de la journée, principalement lorsque tout le monde dort… des heures supplémentaires non rémunérées quoi! Je cherche parfois mes pantoufles, mais elles ont disparu. C’était mon choix, elles étaient devenues ennuyantes et je ne me sentais plus sexy dedans!

Auriez-vous accepté ce nouveau tournant vous aussi ? Aujourd’hui, je peux le dire, cette décision était la bonne. Toutes mes journées sont concentrées sur les défis que me propose ma nouvelle équipe de travail. Je développe tous les jours un peu plus ma passion pour ces beaux projets auxquels je crois de tout mon cœur…. Mais, si je veux être franche; ce n’est pas sans doutes, craintes et angoisses!

Certains ont la fibre fonceuse très forte et ont de la facilité à se lancer dans l’inconnu et même à prendre des risques. Merci à vous d’exister ! Vous faites avancer notre belle société avec vos mille et un projets et surtout, vous inspirez les autres. Nous connaissons tous et toutes des personnes de cette catégorie ; ma patronne en est une! D’autres, comme moi, ont des défis plus… comment dirais-je… disons que les défis rêvés semblent être sur une planète moins accessible! Est-ce que je fonce et si oui, est-ce que je risque de me perdre en chemin? Est-ce que, financièrement, je pourrai conserver mon rythme de vie? Est-ce que mes reins seront assez solides?  Est-ce que je saurai prendre les bonnes décisions et faire les bonnes actions pour semer dans cette entreprise une parcelle de moi et ainsi y faire une différence? Est-ce que ma famille saura composer avec mon stress, mes joies, mes sacrifices reliés à mon nouveau travail? Est-ce que j’ai le potentiel pour remplir les attentes que ma nouvelle patronne a envers moi ? Je vous l’ai dit au départ, les questions peuvent être nombreuses.

Que vous soyez de la catégorie des gens audacieux ou de ceux qui se questionnent pendant leurs nuits d’insomnie, vous avez tous autant de chance de réussir et d’atteindre vos buts. Le chemin sera tout simplement différent, mais le succès des entreprises qui vous engagent vient du travail des gens de toutes les catégories humaines possibles. Sachez que si vous décidez de vous lancer en affaires ou de changer d’emploi, ces nombreuses questions n’auront pas toutes des réponses à court terme. C’est ça le bonheur finalement, c’est ça qui nous garde vivants et intéressants! L’inconnu n’est pas si pire finalement!

Vous, patrons, aurez à composer avec toutes ces personnalités et à trouver le potentiel de chacune d’elles. Si un de vos employés décide de quitter son emploi pour un nouveau défi, n’y a-t-il pas ici matière à amélioration pour vous? Tous les gestionnaires ne demanderont pas à l’employé les raisons profondes de ce départ. Je parle ici d’aller au fond des choses. Si votre employé est 100 % heureux, il n’envisagera jamais de quitter. C’est donc un excellent moment pour comprendre la dynamique émotionnelle et les véritables raisons de ce départ. Êtes-vous prêts à les entendre et à vous assurer que d’autres bons employés ne vivent pas eux aussi avec le désir de quitter pour un monde meilleur? En tant que leader, vous ne pouvez pas plaire à tous, c’est bien évident. Il y a des contraintes, des règlements, des conventions, etc. Mais comprendre les enjeux internes que vivent vos employés et avoir une écoute, c’est déjà un pas vers le bonheur de vos salariés. Un compromis est certainement une bonne solution lorsque c’est possible. Chaque départ devrait amener de profondes remises en question.

Si je reviens à moi, je dois dire que j’ai beaucoup appris depuis que j’exerce mon nouveau travail. Par-dessus tout, j’ai compris qu’il faut suivre son instinct et parfois, laisser le cœur parler à sa tête et la tête parler au cœur. Nous oublions souvent qu’il doit y avoir un dialogue entre les deux. Les peurs et les questionnements sont normaux et fondamentaux, vous ne devez pas les ignorer. Parfois, nous devons mettre de côté les vieilles pantoufles confortables et enfiler des souliers qui font mal… au début. Vous savez, les beaux souliers neufs qui nous font souffrir, mais qui nous font sentir bien dans notre peau et prêt à tout ? Ils finiront par devenir confortables, soyez sans crainte… Gardez-vous du budget pour les changer lorsque ce sera le moment! Lors des journées de doute, demandez-vous si vous avez la crainte de foncer ou plutôt celle de ne pas réussir? « Il n’y a pas d’échec, il n’y a que des abandons » Albert Einstein.

En terminant, revenons sur mes motivations premières lorsque j’ai décidé de foncer et de changer de travail. Bien sûr, mon but personnel était de me prouver que je pouvais surmonter ce beau défi, d’apprendre de nouvelles choses, de brasser ma confiance en moi et de réaliser que les ampoules aux pieds, ce n’est pas la fin du monde si le chemin parcouru est rempli de bonheur et de nouveautés! Et que chaque nouvelle personne croisée sur cette route sera une source d’inspiration et de surpassement de soi.

Bonne continuité! Restez vivants et laissez venir à vous les belles surprises de la vie!

Mylène Grégoire, experte en questionnements !

© Totem 2019, Tous droits réservés
Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn

FAITES DES GAINS OU DES ÉCONOMIES

Obtenez un portrait stratégique de votre entreprise